Reconversion professionnelle :

suis-je légitime ?

Pendant une reconversion professionnelle, on est amené à entrevoir et à choisir le nouveau job que l'on attendait tant, celui qui est supposé nous épanouir davantage et rendre les levées matinales un peu moins compliquées. 

C'est durant ce processus de recherche que je me suis souvent demandée : est-ce que j'en ai vraiment les

capacités ? Je ne suis pas une experte, vais-je oser ? Je ne suis pas assez ci ou ça, suis-je légitime pour commencer ? Et qu'on se le dise : Réfléchir et se poser des questions c'est bien, mais se mettre soi-même des bâtons dans les roues à cause de croyances limitantes et de manque de confiance en soi ça l'est beaucoup moins.

C'était ça, j'autodétruisais mes idées, mes aspirations parce qu'une petite voix intérieure me disait que j'en étais probablement incapable et que je n'avais aucune légitimité à le faire. 

Si comme moi vous aimez passer du temps sur les blogs, il est probable que si je vous évoque le syndrome de l'imposteur cela vous dise quelque chose et pour les autres c'est le sentiment que l'on ne mérite pas d'être où nous sommes, que nous devons notre réussite au hasard (et non au mérite et au travail) et que quelqu’un va bien finir par s’en rendre compte et nous faire remarquer très aimablement que nous ne sommes pas à notre place.

Ce sentiment peut apparaître dans le poste actuel ou au cours d'une réorientation car imaginons je souhaite débuter dans le coaching et bien je peux tout à fait me sentir comme un imposteur car comme je commence dans ce secteur je peux me sentir illégitime, n'étant pas une experte donner de mauvais conseils et en bref n'être pas assez et manquer d'à peu près tout. Vous vous sentez l'arnaque du siècle (oui rien que ça). 

Il m'a fallu un certain temps pour conscientiser cette peur, pour la comprendre et la voir réapparaître de temps à autres. Aujourd'hui je suis contente car prendre conscience de nos pensées, de nos schémas mentaux et de les analyser nous permet d'avancer. 

Désormais dans ce que j'entreprends, je ne me laisse plus démoraliser et impacter par ces peurs car je sais ce qu'elles sont : des croyances limitantes et un gouffre sans fond de démoralisation qui empêchent d'entreprendre quoi que ce soit.

Du coup, ça a vite fait sens lorsque j'écoutais des entrepreneurs insister sur le mindset, allant même jusqu'à dire que la réussite c'est 20% de travail et 80% du mental. C'est tellement important et déterminant! 

Il y a plein de gens qui essayent des choses sans forcément avoir toutes les connaissances ou la légitimité pour, et pourtant ils réussissent parce qu'ils ne se limitent pas eux-mêmes et croient en leur potentiel!

Personnellement, on ne m'a pas appris à avoir un mental "de vainqueur", de faire attention au type de pensées que je choisissais. J'avais plutôt pour habitude de douter de mes capacités et d'avoir peur de l'échec. Mais ce n'est pas ce genre de mindset qui va m'aider, et j'ai décidé d'apprendre et de créer ce nouvel état d'esprit.

Si parfois vous aussi vous vous sentez illégitimes, voici les conseils qui m'ont aidé :

  • Soyez votre propre coach : Faites en sorte que votre dialogue interne n’alimente pas ce doute de légitimité. Votre petite voix intérieure doit être votre meilleure amie (vraiment !). Choisissez vos pensées ​et faites l'effort de ne pas accepter celles qui sont dévalorisantes, démotivantes. Reprenez le contrôle de votre mental.

 

  • Acceptez qu’il y aura des critiques : Bien sûr, plaire et ne pas être rejeter ça fait partie de nos besoins humains. Mais est-il possible de plaire à tout le monde ? Non, les critiques font donc partie du jeu (pas de surprise !).   Mais peut-être choisissez à qui vous voulez plaire : vous-même ? Votre compagnon, la famille, certains amis ? Plaire à ceux qui comptent c'est le plus important. 

  • Soyez imparfaite Essayer quelque chose de nouveau implique forcément une route un peu caillouteuse, qui nécessitera des allers/retours, des erreurs. Les personnes qui tentent des choses démystifient les échecs, et se disent que c’est ok de se tromper, parce que ça fait partie de l’apprentissage. Ce qui compte c'est d'essayer. L'échec n'est plus connoté négativement, il est même positif parce que ça montre que l'on essaye.               

 

  • Soyez courageuse : Il faut du courage pour croire en soi. Du courage pour ne pas lâcher ses aspirations personnelles face aux remarques, aux peurs des autres et face aux dictas de la société. Du courage de s'écouter intérieurement et d’essayer autrement pour satisfaire ses propres besoins. Défendez qui vous êtes et soyez sûre de vous, c'est un très beau cadeau à se faire!

 

 

Et vous, qu'est-ce qu'y vous aide pour avoir plus confiance en vous? 

Avez vous déjà ressenti le syndrome de l'imposteur ?

Pauline

A MILLENNIAL GIRL BLOG 

INSTAGRAM
  • Instagram
Let's be friends on Instagram !
RECHERCHE
ARTICLES
I quit my corporate job
Pourquoi j'ai quitté mon job en consultance ?
Octobre 2019, le départ
Les mindset shifts que j'ai adopté en 2019

LET'S CONNECT

COPYRIGHT © 2020  A MILLENNIAL GIRL

@AMILLENNIALGIRL_

  • Instagram
  • Pinterest
  • YouTube
  • Instagram
  • Pinterest
  • YouTube