Premier trimestre en tant qu'expatriée: mon bilan

A MILLENNIAL GIRL BLOG 

Je crois que la principale chose que je retiendrais de ces 3 premiers mois au Portugal est une inattendue sérénité.

Partir et s'expatrier peut faire peur, peut sembler difficile, peut être risqué, et pourtant cela s’est passé… si simplement.

Pas d'angoisse, pas de remise en question. Et si je devais tenter d'expliquer cette étrange sérénité qui m'a accompagnée durant ces premiers mois en tant qu'expatriée, je donnerai ces 4 éléments :

  • En premier, je dirai la certitude de vouloir partir et donc ne pas être partie sur un coup de tête

 

Cette envie de voyage, de partir vers l'inconnu et vivre une toute autre vie a mûrit en moi depuis pas mal d'année déjà!

C'était comme si cela m'appelait, comme un besoin profond inexpliqué. Du coup, je me sens au bon endroit et je ne doute pas du choix que j'ai pris. D'ailleurs, aucune angoisse pour l'angoissée que je peux être parfois! Ce qui est un très bon indicateur pour moi :) Je conseillerai donc de laisser mûrir une envie de voyage ou même d'expatriation et si elle perdure, foncez!

  • En deuxième, la proximité avec la Belgique qui est un grand plus car je ne me sens pas du tout loin de mes proches

  • En troisième, la familiarité avec le pays d’accueil par le fait que j’avais déjà visité Lisbonne et que j'avais adoré la ville

 

Et à vrai dire ce point-là, je l’avais totalement sous-estimé ! Car au début on pensait s’expatrier ailleurs avec mon copain.

Puis on a atterrit en Algarve ( au sud du Portugal ) en se disant : il fait chaud, on aura une piscine et puis le Portugal c’est le Portugal! L’erreur, après deux mois on s’est encourus à Lisbonne comme je l'explique dans cet article. Et depuis, bah c’est différent, c’est encore mieux.

 

Quand je marche dans les rues de Lisbonne, j’ai le sourire niais, je suis heureuse. Je me sens bien ici c’est quelque chose de tout à fait personnel, et ceux qui sont déjà tombés amoureux d’une ville me comprendrons. Ça ne se décide pas, ça te tombe dessus.

A Lisbonne, je me sens à la maison, je me sens rassurée et sereine et à la fois je me sens en transformation.

 Parce que bon c’est une nouvelle vie, avec ces nouveaux paysages, ces nouvelles habitudes,

et ces nouveaux challenges et difficultés aussi

(parce qu’il y en a quand même quelques unes sinon ça ne serait pas drôle).

Mais ces bouleversements, ce manque de certitude et de routine qu'apportent l'expatriation est justement ce dont j’avais besoin. J’avais besoin d’une page blanche et du stylo qui allait avec. Je ne voulais plus écrire une histoire qui n’était pas la mienne, une histoire dans la norme, une histoire plus sécurisante et validée par la société comme ce qui est une bonne histoire. J’avais un grand besoin de liberté.

 

  • Et enfin, en quatrième point, je dirai tout de même le fait d’être partis à deux car même si j’avais personnellement un besoin de voyager à combler, y’a pas à dire être à deux c’est rassurant!


 

Voilà! J’espère que ce premier retour d’expérience sur mon expatriation peut en aider certains qui sont en pleine réflexion quant à changer de vie et partir vivre à l’étranger. Si vous êtes dans ce cas, sachez que la réponse est en vous même si ça paraît simple à dire, que cette aventure est bien moins effrayante qu’elle n’y paraît et qu’ « être à la maison » n’est pas un endroit bien précis, c’est un sentiment, une sensation que l’on emmène avec nous.

Et si vous comptez partir, ou êtes actuellement à l'étranger, n'hésitez pas à me dire où en commentaire ! =)

Pauline 

INSTAGRAM
  • Instagram
Let's be friends on Instagram !
RECHERCHE
ARTICLES
IMG-9411-Facetune-22-07-2019-11-23-29.jp
Pourquoi j'ai quitté mon job en consultance ?
IMG_3635.jpg
Vivre à Lisbonne en 2020: le vrai coût de la vie 

LET'S CONNECT

COPYRIGHT © 2020  A MILLENNIAL GIRL

@AMILLENNIALGIRL_

  • Instagram
  • Pinterest
  • YouTube
  • Instagram
  • Pinterest
  • YouTube